Bienvenue sur le site de Prun'. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ok
Cover

Chargement...

Prun’ est partenaire de l’album de The Vibe Drops, Higher Frequency

La semaine dernière, parmi les sorties rap se trouvait l’album Higher Frequency signé par le duo The Vibe Drops, distribué par le label parisien Trad Vibe.

The Vibe Drops Higher Frequency

The Vibe Drops, c’est la réunion de deux malfaiteurs du Hip Hop - le beatmaker nantais MOAR, le rappeur canadien Emcee G Roc Gayle - évoluant dans ses sphères underground depuis les années 1990. Et ça s’entend. MOAR s’est associé au rappeur originaire de Toronto, pour concocter un album savoureux de dix titres. Higher Frequency est l’aboutissement d’un travail commun de plus de deux ans, où l’on retrouve tout leur savoir-faire musical au service de leur amour commun du « real Hip-Hop ».

MOAR, l’architecte derrière les productions musicales de l’album, est un réel activiste dans le monde du Hip-Hop où il officie sous plusieurs casquettes entre The Vibe Drops, Jay Airiness et Venice Beach dans un style plus disco ou encore The Groovologists. Il a collaboré avec des artistes comme Cortex, Guy Cuevas ou encore Jimmy Jay tout comme des légendes du hip hop comme Grandmaster Dee Nasty ou Lord Funk. Polyvalent, il a aussi produit de nombreux artistes comme Rita J – que l’on retrouve sur Higher Frequency - ou encore Raashan Ahmad et Napoleon Da Legend. Cet adepte du fait maison est aussi la tête pensante du label Trad Vibe qu’il a fondé en 2005, dans l’optique de mettre en avant des sorties vinyles et des artistes de la scène underground. C’est un peu dans ce même esprit de partage de la musique résonnant avec ses convictions profondes qu’il s’est entouré du Emcee canadien, pour créer The Vibe Drops. Et le moins que l’on puisse dire est que G-Roc Gayle est un rappeur compositeur animé du même amour pour la musique rap depuis plus de vingt ans. Sa voix, qu’on croirait tout droit venue de côté Est étatsunienne dans un clip de Bad Boy Records, s’est assurément forgée sur des rythmes 90 bpm depuis son premier disque Golden Disciples. Son flow incisif, ses placements et son débit assuré se marient parfaitement avec les instrumentales de MOAR, taillées sur mesure.

« C’est ma musique en fait [à propos du boombap des années 1990]. C’est ce que je préfère faire vraiment, et puis y’a un savoir-faire, ça fait plus de 25 ans que je fais ça. J’écoute des disques, je sample des petits bouts et je m’éclate ! Je compose comme un patchwork et c’est ce moment où je me sens bien, où j’aime faire de la musique. Je fais aussi de la composition – tout joué au clavier par exemple et programmé par ordinateur. Mais je suis pas un compositeur en soi, je suis pas un virtuose dans le solfège. » Ce sont les mots que nous confiera MOAR lors d’une entrevue pour parler musique, à Prun’. Ils laissent entrevoir comment ce premier disque s’est ainsi assez naturellement orienté sur des sonorités old-school de rap, entre samples et compositions léchées, machines mythiques et DIY.

Il commence par l’hymne Higher Frequency qui rappelle une peu le Jay-Z des premières notes du classique Reasonable Doubt. C’est un morceau entièrement composé par MOAR, dans le but de créer une ambiance caractérielle des morceaux de vieux hip-hop, une impression d’immersion et un son « qui englobe le corps quand on fait tourner le morceau ». Il est suivi par le morceau Make That Change qui est lui issu d’un sample découpé en 16 mesures, avec la technique du slice. Une sorte de découpage Nouveau Réaliste, comme l’avant-garde des artistes plastiques des années 1960, mais musical. Suivent Manifestation, dans un registre plus détendu, puis The Breaks qui détonne un peu par son sample plus funk. Oh Happy Days vient alors ralentir un peu le tempo. Breaking It Down surgit alors comme un OVNI au milieu des instruments programmés avec son improvisation de flûte traversière en arrière-plan, que l’on retrouve aussi, plus ténue, dans le morceau Planning. When It Rains clos la pièce comme un morceau plus percutant et incisif, un hymne d’amour aux jours pluvieux.

Higher Frequency est un album complet, où MOAR met en pratique tout son talent de beatmaker confirmé pour construire le temps de dix titres, un espace musical où la voix de G Roc peut prendre toute son épaisseur. On sent l’amour du Hip-Hop des deux artistes dans cette pièce cohérente, passionnée et passionnante.


partenariat album / the vibe drops / moar / emcee g roc gayle / rap / hip hop / boom bap

Article réalisé par Service Civique Programmation

Publication : Mardi 05 Novembre 2019

Illustration : The Vibe Drops Higher Frequency






Réagir :